Nombre total de pages vues

samedi 27 juillet 2013

ROBERT RICHARD & WALTER MITCHELL: Detroit Blues Masters Vol. 2




ROBERT RICHARD/ WALTER MITCHELL
Detroit Blues Masters 2

           
La scène du blues de Detroit était extrêmement importante et foisonnante durant les années 1940-50, les besoins industriels de la guerre ayant drainé vers l'industrie automobile dominante à Detroit quantité de migrants noirs de tout le Sud.
            Après Bobo Jenkins, attardons-nous sur quelques harmonicistes réputés de la ville.

            Robert Richard (né le 4 octobre 1924 à Cartersville (Ga)) a appris guitare et harmonica auprès de son oncle, un bouilleur de cru réputé dans la région qui a eu maille à partir avec la Mafia de Chicago! Il vient travailler à Detroit en 1942 avec son frère Howard, lui aussi un chanteur et guitariste. Les frères Richard se font vite une place dans la scène blues bourgeonnante de Hastings Street. Robert enregistre dès 1948, soit en vedette soit
accompagnant l'harmoniciste Walter Mitchell avec lequel il se lie d'amitié. Robert Richard orne d'ailleurs de son jeu d'harmonica, substantiellement dérivé de celui de John Lee "Sonny Boy" Williamson, un grand nombre de séances d'enregistrement qui ont lieu à Detroit. Il devient aussi un membre permanent du Blues Band de Bobo Jenkins qui connaît un succès assez important dans les années 1950. Accompagnant Bobo dans les studios Chess, Robert enregistre une poignée de titres en vedette qui n'ont hélas jamais été édités. Le blues passant de mode auprès des jeunes noirs durant les 60's, la scène de Detroit est particulièrement touchée, surtout que Hastings Street qui abritait quantité de clubs noirs, est fortement transformée par des plans de rénovation urbaine. Robert Richard abandonne alors la musique. Heureusement, il est redécouvert par George Paulus qui, en 1975 et 1977, lui fait enregistrer un excellent album acoustique pour son label Barrelhouse. Mais ce disque se vend très mal et Richard retourne à l'anonymat. On ne sait même pas quand et où il est probablement décédé.

           
Walter Mitchell (né le 19 mars 1919 à Pickens, Ark) a gagné Detroit dès 1926, jouant déjà de l'harmonica. Durant les années 30, il parcourt les Etats du Sud (Arkansas, Louisiana et Texas), jouant et chantant sous le nom de Little Walter (en raison de sa petite taille), bien avant Walter Jacobs. Incorporé en 1942, il fait la guerre dans le Pacifique et, blessé grièvement à la jambe, il se fixe en 1944 à Detroit, fondant ses Boogie Blues Boys en compagnie de son cousin le guitariste L.C. Green. Mitchell enregistre en 1948 en compagnie de Robert Richard et du pianiste Boogie Woogie Red sous le nom de Little Walter Jr. Il participe à plusieurs séances et orchestres de Detroit et grave encore trois titres en 1954. Retrouvé à Toledo par des chercheurs britanniques, Mitchell a participé modestement à la nouvelle scène du blues de Toledo où il décède le 10 janvier 1990. Les six titres que nous proposons ici reprèsentent la totalité des morceaux qu'il a gravés sous son nom bien qu'il ait affirmé avoir enregistré pour plusieurs autres labels.

            Enfin, Sam Kelly n'a enregistré qu'un seul titre (!), le somptueux Rambling around blues et demeure un complet inconnu. Il a été plusieurs fois affirmé que Sam Kelly n'était autre que Walter Mitchell.
                                                                       Gérard HERZHAFT

After Bobo Jenkins we are going to deal with two more important Detroit bluesmen.
            Robert Richard (born in Cartersville, Ga. on octobre 4th, 1924) learned the guitar and the harmonica with his uncle, a quite famous bootlegger who had troubles with the Chicago Mafia! Robert, like a lot of other southerners, came to work in the automobile industry in 1942. With his brother Howard (himself a good singer and guitarist), Robert is quite quickly a steady member of the blues fraternity who play in the numerous Hastings Street clubs. Robert acquires a strong reputation with his powerful harmonica style largely derived from John lee "Sonny Boy" Williamson's. He records with Walter Mitchell and pianist Boogie Woogie Red in 1948, then is featured as a sideman on many Detroit recording sessions, particularly with Bobo Jenkins (whose band he is a permanent member). He waxes some sides under his name for Chess in Chicago but those titles unfortunately are still unissued! After the blues becomes outfashioned among the young black public in the 60's and the once thrieving Hastings Street bluescene diseppears completely, Robert Richard gives up the music. But he is rediscovered by George Paulus who records him in 1975 and 1977 for an excellent all
cf: Don't aske me...
acoustic LP. But this album sells very poorly and Richard drifts in obscurity. We don't even know the date and place of his probable death.
            Walter Mitchell (born in Pickens, Ark on march 19th, 1919) comes to Detroit with his mother in 1926 already playing the harmonica! He hoboes everywhere in the Southern States during the 1930's, playing and singing the blues under the name Little Walter according to his diminutive stature (before Walter Jacobs). Drafted in 1942, Walter is badly wounded in the leg on the Pacific front and discharged in 1944, he settles permanently in Detroit, making a living from his music, frequently in company of his cousin, the singer and guitariste L.C. Green. Although he has been quite often in the Detroit studios as a sideman, Walter made only two sessions under his name, first in 1948 with Robert Richard and another in 1954. He relocates in Toledo during the 60's where he is interviewed by some British researchers for the Blues Unlimited magazine. That allows him to make some great appearances in Toledo. He dies there on january 10th 1990.
            Last but not least, harp player and singer Sam Kelly waxed only one title, the stupendous Rambling around blues. Sam is a complete unknown but it has been strongly suggested that Sam Kelly was in fact a nom de disque for none other than Walter Mitchell.
                                                           Gérard HERZHAFT






DETROIT BLUES MASTERS Volume 2

Walter Mitchell, vcl/hca; Robert Richard, hca; Boogie Woogie Red, pno; Little George, bs. Detroit, Mi. 1948
01. Stop messing around
02. Pet milk blues
03. Broke and hungry
Walter Mitchell, vcl/hca; band. Detroit, Mi. 1954
04. Watercoast blues
05. Low down dirty shame
06. Shady land blues
Sam Kelly, vcl/hca; Robert Richard, hca; L.C. Green, g. Detroit, Mi. 1953
07. Rambling around blues
Robert Richard, vcl/hca; Wlter Mitchell, hca; Boogie Woogie Red, pno; Little George, bs. Detroit, Mi. 1948
08. Cadillac woman
09. Wig wearing woman
10. Wigwam woman
11. New York Central
12. Root hog
13. Baby please don't go
Robert Richard, vcl/g; Howard Richard, vcl/g. Detroit, Mi. 1959
14. Drunk driver's coming
Stolen property

Stolen property can now be heard here
https://www.youtube.com/watch?v=npAPjauNWEg
Thanks to Ksdaman for the info and BobSeger1981 for making it available.


10 commentaires:

  1. Interesting tracks here Gerard, many thanks.

    Bob Mac.

    RépondreSupprimer
  2. J'ai été particulièrement intéressé par la session de 1954 de Walter Mitchell notamment le morceau Shady land blues (qui est le guitariste ?) que je trouve magnifique. Je dois bien avouer que je ne connaissais pas Sam Kelly et le titre présenté ici mérite vraiment l'écoute. Merci pour cette découverte.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Pour cette (rare)séance de 1954 et comme indiqué dans la discographie jointe au .mp3, on ne connaît pas le personnel. Beaucoup de critiques britanniques ont affirmé que Sam Kelly n'était autre que Walter Mitchell?

      Supprimer
  3. Hey, Mister, qui sont les types sur le côté gauche de la photo jusqu'à Muddy Waters?
    Bonne journée,
    Serge Zéni

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Sur la photo d'accueil: de g à dr: Sugar Blue, Taj Mahal, Muddy, B.B. King, Gérard Herzhaft. Lyon, 1979. Luther Allison A aussi joué ce soir-là mais n' est pas sur la photo

      Supprimer
  4. Gee! J'aurais aimé y être!
    Serge Zéni

    RépondreSupprimer
  5. Je n'ai jamais vu B.B. en concert --- je suis sérieux!
    Muddy, une seule fois, en 1976: C'était EXTRAORDINAIRE.
    Serge Zéni

    RépondreSupprimer
  6. another great compilation !

    RépondreSupprimer
  7. New link for Detroit blues n°2
    http://www44.zippyshare.com/v/MRVY8BhV/file.html
    OK?

    RépondreSupprimer
  8. muyy!! bueno graciasss!!! por tanto bluess!!! magnificooo!!!!

    RépondreSupprimer